La tomate est-elle un fruit ou un légume ?



Dans un article antérieur, nous avions étudié la question de la classification entre les fruits et les légumes, et vu que la classification botanique ne correspondait pas toujours à celle du sens commun. Quoi qu’il en soit, intéressons-nous ici à un cas bien particulier, celui de la tomate : est-ce un fruit ou bien un légume ?

Le fruit : définition botanique

Au sens botanique du terme, le fruit est l’organe végétal qui succède à la fleur : l’ovule fécondée donne la graine, et la paroi de l’ovaire forme le péricarpe (c’est-à-dire toute la partie du fruit qui n’appartient pas à la graine).

la tomate : n’est-ce donc pas un fruit plutôt qu’un légume ?

La tomate contenant bien des graines, et provenant bien d’une fleur fécondée, on peut affirmer qu’au sens botanique du terme, la tomate se classe bel et bien dans la catégorie des fruits. Néanmoins, bien qu’il s’agisse d’un fruit au sens botanique, la tomate est, au sens populaire, plutôt classée parmi les légumes. Au supermarché par exemple, on la trouve rarement entre les bananes et l’ananas… mais plutôt avec les « vrais légumes » tels que la carotte, le navet, le chou…etc. Pourquoi cette confusion ? Cela vient de la définition courante d’un légume.

Le légume : définition courante

La définition courante ou commune d’un légume fait référence à l’usage que nous en faisons dans nos habitudes alimentaires. Ainsi, on qualifie communément de légume une plante, ou partie de plante potagère, qui est peu sucrée et qui entre dans la composition de nos entrées ou de nos plats principaux. C’est en ce sens que l’on qualifie plutôt la tomate de légume, bien que cela soit en contradiction avec la définition botanique. D’autant que la diversité au sein de la classification botanique des légumes est importante. Un légume peut en effet se présenter sous différentes formes : - Avec des feuilles (salade, carde, épinard, poireau chou…etc.) - Sous forme de tubercules ou racines (pomme de terre, carotte, radis, navet, rave) - Sous forme de bulbes (ail, oignon, échalotte) - Sous forme de germes (germe de soja, germe de brocolis) - En tiges ou en pousses (asperge, poireau, bambou) - Mais aussi sous forme de graines (pois chiches, lentilles) Quoi qu’il en soit, légume ou pas légume, la tomate est un aliment très intéressant sur le plan nutritionnel, et facile à intégrer dans notre alimentation au quotidien, comme nous allons le voir dans les deux parties suivantes.

La tomate : bienfaits et apports nutritionnels

Les données présentées ci-dessous correspondent à la quantité moyenne pour 100g de tomate crue. Analyse des macronutriments pour 100g de fruit * : - Eau : 95.50 g - Protéines : 0.80 g - Lipides : 0.26 g - Glucides : 1.72g (dont 1.32g de sucres) - Fibres : 1.72g Analyse de la composition en vitamines pour 100g de fruit * : - Vitamine C : 14.3 mg (soit 17.9% de la VNR) - Vitamine E : 1.11 mg - Vitamine B1 : 0.06 mg - Vitamine B2 : 0.04 mg - Vitamine B3 : 0.6 mg - Vitamine B5 : 0.27 mg - Vitamine B6 : 0.08 mg - Vitamine B9 : 20.50 µg (soit 10.3% de la VNR) - Vitamine A : 28.93 µg Analyse de la composition en minéraux pour 100g de fruit * : - Potassium : 251 mg (soit 12.5% de la VNR) - Phosphore : 19.3 mg - Magnésium : 10.1 mg - Calcium : 8.3 mg Ces caractéristiques font de la tomate crue un élément intéressant sur le plan nutritionnel, source importante de vitamine 9 (puisqu’elle couvre plus de 10% de la Valeur Nutritionnelle de Référence), et de vitamine C (avec presque 18% de la Valeur Nutritionnelle de Référence), faible en calories, et peu sucrée. Elle apporte aussi à notre organisme certains minéraux indispensables et notamment du Potassium (avec 12.5% de la VNR). La tomate est aussi particulièrement intéressante lorsqu’elle est consommée cuite, notamment pour ses propriétés anti-cancer.

La tomate : vertus anti-cancer

Le professeur Richard Béliveau, PH. D du laboratoire de médecine moléculaire de l’hôpital Sainte Justine de Montréal a montré, dans son ouvrage « Les aliments anti-cancer », le potentiel anti-angiogénique (terme qui désigne un mécanisme de résistance au développement d’un cancer) de la tomate cuisinée avec de l’huile d’olive. La chaleur de la cuisson permet en effet de combiner les principes actifs de la tomate et de l’huile d’olive et d’obtenir un « cocktail » anti-cancer particulièrement efficace. Il suffit pour cela de faire réchauffer, par exemple à la poêle, une tomate avec un filet d’huile d’olive. En ajoutant à cela, par exemple, une pincée de curry** ainsi que du chou** et en laissant mijoter, vous pouvez réaliser un plat délicieux, véritable « bombe » anti-cancer ! A vos assiettes ! Retrouver d'autres articles connexes : pourquoi la courgette est-elle un fruit ? Article rédigé par Philippe Dantas, MSc in Life Science. (*) Sources : Aprifel (**) Deux aliments cités par Richard Béliveau comme ayant des propriétés anti-cancer parmi les plus intéressantes.