25
Déc 2013

Corbeille de fruits en nature morte

Posté à 1:27 | Par : Alexandra

En cette fin d’année, voici la contribution d’un internaute qui nous a beaucoup touché : une corbeille de fruits en nature morte. Réalisée 100% aux crayons de couleurs par une amateure passionnée de dessin, visiblement très fan de nos paniers de fruits ! La voici ci-dessous :

IMG_6803

D’après la photo originale « Made in Alex & Alex », de ce panier de fruits :

panier-fruit

 

1/ Corbeille de fruits en nature morte : définition

Une corbeille de fruits en nature morte est une oeuvre, ou représentation picturale d’éléments inanimés, incluant un contenant (corbeille, panier, corne d’abondance…etc.) ou un support (table, buffet, desserte…etc.) et dont l’objet principal est un ensemble d’éléments inanimés, notamment des fruits, et éventuellement d’autres objets de décor (tels que des verres, tasses…etc.).

Les « vanités » sont un sous-ensemble de la famille des nature morte : celles-ci se caractérisent par une composition qui suggère la futilité, la précarité et le peu d’importance de la vie humaine.

 

2/ Le choix du thème : les différentes écoles 

La corbeille de fruits en nature morte est un thème développé en peinture depuis le Moyen-Age. Le choix des sujets caractérise généralement les époques. C’est ainsi par exemple que les natures mortes du début du XXème siècle remplaceront la bougie par une lampe à gaz.

Pendant la période classique, les messages extra-picturaux étaient nombreux. La figue suggérait par exemple souvent le sensualité du sexe féminin, comme dans les natures mortes aux figues d’après Melendez.

 

L’école Flamande

L’école Flamande connaît débute au XVIIème siècle sous l’impulsion de Rubens et de ses successeurs, parmi lesquels : Pieter Boel, Jan Brueghel, Jacobs van Es, et Franz Snyders. Elle se caractérise par des compositions larges, l’accumulation des objets dans le décor, ainsi que l’utilisation de grands formats pour son époque.

Elle se poursuit au XVIIIème siècle sous l’égide de Abraham Brueghel et se diffuse progressivement dans toute l’Europe

 

L’école Espagnole

D’abord d’inspiration flamande, les natures mortes de l’école espagnole développent un style propre sous la houlette de peintres tels que Juan Gris, Pablo Picasso (notamment au travers de Nature Morte à l’épée de Matadore, et Nature Morte à la Chaise Cannée), et Juan Miro.

 

L’école Hollandaise

Au XVIIème siècle, sous l’influence de Rembrandt, principale figure de l’école hollandaise, de nouvelles formes stylistiques voient le jour en Hollande, notamment le « clair-obscur intense » dont l’effet ajoute une dimension lyrique unique aux oeuvres hollandaises de cette époque.

Les autres principaux représentants de la nature morte hollandaise sont : Pieter Claesz, Willem Claeszoon Heda, Jan David de Heem, Abraham Hendriksz van Beyeren, Willen Kalf. Par opposition au style flamand, elle se caractérise dès le XVIIème siècle par :
– de petits formats
– peu d’objets dans le décor
– une minutie dans la composition des détails

 

L’école Française

Au XVIIème siècle on peut notamment citer : Nicolas Baudesson, Lubin Baugin, et Jean-Baptiste Belin.

Au XVIIIème siècle, on peut citer : Jean Siméon Chardin, Alexandre-François Desportes, Jean-Baptiste Oudry, Anne-Vallayer Coster.

 

Voici ci-dessous une interprétation plus récente d’une corbeille de fruits en nature morte :

201701 - Corbeille de fruits3

Cet article a fait l’objet d’une mise à jour le 29 janvier 2017